2022-08-12

Diest, dernière partie.






Visite du Palais royal de Bruxelles. 1







Du 23 juillet au 28 août 2022 (fermé les lundis), de 10h30 à 17h (dernière entrée entre 15h30 et 15h50). La réservation est obligatoire.

C'est une tradition, chaque été, le Palais royal ouvre ses portes au public. Entre le 23 juillet et le 28 août, ce symbole de la Belgique pourra être visité gratuitement.

L'accès au Palais royal se fait depuis la place des Palais de Bruxelles.

Réservation obligatoire

2022-08-09

Le charme méconnu de Diest. "la Collégiale de Saint-Sulpice" 4ème partie

















Côté architecture, cette collégiale de style gothique est aussi une curiosité de par la rupture très nette entre les deux types de matériaux utilisés pour sa construction. D’une part le grès ferrugineux régional pour la grande partie de l’édifice, d’autre part la pierre de sable qui habille la puissante tour ouest ouvrant sur la Grand-Place. L’intérieur vaut une petite visite pour sa riche décoration d’objets d’art, dont notamment les statues baroques adossées aux colonnes. A noter que le petit clocher baroque ajouté au-dessus de la croisée du transept a été surnommé "Mosterdpot" (moutardier) en raison de sa forme.

2022-08-08

Le charme de Diest est injustement méconnu. 3ème partie: "Le béguinage"

Le béguinage de Diest est l’un des treize béguinages flamands inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il a été fondé en 1253 par Arnold IV (seigneur de Diest) et supprimé en 1796 par le régime français. Comme dans les autres villes, le béguinage a été construit sur des terrains marginaux et bon marché, à l’extérieur du centre, en l’occurrence le terrain marécageux qui borde le Begijnenbeek.


Les visiteurs qui passent sous la porte de l’époque de Rubens, datant de 1671, sont d’emblée plongés dans l’atmosphère de sérénité et d’isolement de la vie des béguines au Moyen Âge. La porte baroque à arc en plein cintre est agrémentée de deux colonnes. La niche supérieure abrite une statue de la Vierge Marie, entourée de guirlandes de fleurs et de chérubins. Un extrait de l’Ancien Testament vous invite à entrer dans cette cour fermée  : « Comt in mynen Hof, Myn suster Bruyt » (entre dans mon domaine, ma sœur promise).



L’église Sainte-Catherine est une église de béguinage caractéristique du XIVe siècle. Érigée avec des moyens relativement modestes, elle met en œuvre du grès ferrugineux typique. Une petite tour-lanterne surmonte l’église gothique. L’église est dédiée à sainte Catherine, dont on implorait l’aide en cas de brûlures et de problèmes de peau.

Près du maître-autel, on peut admirer « L’Adoration des Bergers », un tableau peint par François Francken le Jeune. La chaire, qui date du XVIIe siècle, et le chancel magnifiquement décoré sont signés de la main de Jan Mason, originaire de Diest. Les moulures qui ornent la voûte en bois du chœur ainsi que le transept et la nef centrale datent du XVIIIe siècle. 


Le béguinage était une véritable ville dans la ville. À l’origine, il se composait d’un méli-mélo de bâtiments et de maisons en pisé, regroupés autour de l’église et le long de quelques rues. Au XVIe siècle, le pasteur Nicolaas van Essche a tenté d’instaurer un peu d’ordre. Il a construit un presbytère à l’extérieur de la porte, a fait ériger un mur le long de la Vestenstraat et a abattu plusieurs maisons qui tombaient en ruine.






Alors qu'une myriade de gens s'agglutinaient aux terrasses de la  grand Place, nous avons préféré prendre un lunch très agréable et serein à l'ombre de l'église du béguinage sur une belle et grande terrasse occupée par une poignée de personne.

Marche ADEPS à Virginal (Ittre) .