2015-08-04

Paris : en route pour la découverte, la nostalgie, la féérie, l’émerveillement et l’ineffable rêverie.









 


Chine – l’incontournable visite : l’artisanat du jade.




Le jade désigne en fait trois minéraux distincts pouvant avoir une apparence semblable : la jadéite, la néphrite et le kosmochlor. Initialement les deux premiers minéraux ne sont pas différenciés. Les noms jade et néphrite ont la même origine : lapis nephriticus est l'équivalent latin de l'espagnol piedra de ijada, c'est-à-dire pierre du flanc, en référence à son utilisation par les peuples mésoaméricains pour guérir divers maux internes, dont les problèmes néphrétiques. C'est en 1863 qu'Alexis Damour décrit et nomme la jadéite4, après avoir observé une variété de jade dont la composition différait radicalement de celle d'une autre variété qu'il avait étudiée en 1846 (i.e. néphrite) et identifiée comme appartenant à la famille des trémolites.


 
 On distingue depuis :
  • le jade néphrite composé essentiellement de néphrite, un silicate de calcium et magnésium du groupe des amphiboles, assez commun.
  • le jade jadéite composé essentiellement de jadéite, un silicate de sodium et aluminium du groupe des pyroxènes, plus dur, plus dense, plus rare et considéré comme plus précieux.



Il y a huit mille ans les habitants de ce qui est devenu la Chine actuelle, poussés par des motivations puissantes et un esprit créatif certain, se sont mis à polir consciencieusement ces pierres fines très dures pour en faire des ornements qu'ils portaient à même leur corps. Mais cette action très complexe et certainement très lente, associée aux formes singulières qu'ils choisissaient n'étaient certainement pas des actes dénués d'importance, voire de signification.


La Chine est le pays le plus important dans la production, la fabrication et l'utilisation du jade.

2015-08-03

Athmosphère ! . . . de Paris: le canal Saint-Martin.









« Atmosphère ! Atmosphère ! Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? »
. . . est la célèbre réplique dite par Arletty dans le film Hôtel du Nord de Marcel Carné sorti en 1938. Cette réplique s'est durablement implantée dans la culture populaire, notamment grâce à l'intonation particulière, emblématique de la gouaille parisienne, donnée par l'actrice à cette phrase.